Noir Blanc
Tout sur le Web 3.0

Tout sur le Web 3.0

il y a 4 mois | by: David Kodjani

Le Web 3.0 est la troisième génération de services Internet pour les sites Web et les applications qui se concentreront sur l'utilisation d'une compréhension des données basée sur la machine pour fournir un Web sémantique et axé sur les données.

Le but ultime du Web 3.0 est de créer des sites Web plus intelligents, connectés et ouverts.


Le Web3, version courte de Web 3.0, serait la nouvelle version du web succédant au Web 1.0 et au Web 2.0. 


  1. L’évolution du Web


Le Web 1.0 a été le premier Web accessible au public et était très basique à bien des égards. À cette époque, Internet n'était principalement qu'un ensemble de pages en lecture seule, sans réelle interactivité. De plus, la grande majorité des sites étaient exploités par des particuliers ou de petites entreprises. Les géants de l'Internet n'existaient pas encore, pas vraiment en tout cas.


Cela a changé avec le Web 2.0, qui a commencé vers 2004 - comme beaucoup de grands mouvements comme celui-ci, il est difficile de dater exactement. Non seulement les sites sont devenus interactifs (réseaux sociaux, etc.), mais de grandes entreprises ont pris le contrôle d'Internet. Bien sûr, les gens ordinaires exploitent toujours leurs propres sites, mais ils sont désormais minoritaires.


En fait, de nombreuses entreprises, comme Facebook et Google, fonctionnent uniquement comme des sites Web. Cela aurait été impensable avant 2004.


Ce qui distingue le Web 3.0 de ses ancêtres, c'est qu'il est décentralisé, plus ou moins comme l'était le Web 1.0, mais qu'il est interactif comme l'est le Web 2.0. C'est un web 2.0 où Big Tech a beaucoup moins de contrôle.


  1. Le concept Web 3.0


On doit l'origine du concept à Gavin Wood, informaticien connu pour avoir cofondé Ethereum, une blockchain (décentralisée et open source) disposant de sa propre cryptomonnaie (l'ether, actuellement la deuxième du marché après le bitcoin).


Le Britannique, qui a inventé le terme Web3 en 2014, dirige aujourd'hui la Fondation Web3, chargée de soutenir des projets technologiques décentralisés, ainsi que Parity Technologies, société axée sur le développement de logiciels Web3.


  1. L’objectif visé par le Web 3.0


Les défenseurs du Web3 soutiennent que les plateformes en ligne sont aujourd'hui trop centralisées et contrôlées par une poignée de grandes sociétés, comme Amazon, Apple, Alphabet (société mère de Google) ou Méta (société mère de Facebook). Ces entreprises ont amassé de grandes quantités de données personnelles et de contenus sans que les utilisateurs n’en aient véritablement le contrôle.


L'idée serait donc de redonner du pouvoir aux internautes en créant un web « décentralisé », où ceux-ci peuvent « transporter » leurs données d'un service à l'autre. Le Web3 vise ainsi à supprimer les intermédiaires que sont les grandes entreprises tech.



  1. Le fonctionnement du Web 3.0


Web3 est un terme assez nébuleux qui signifie différentes choses pour différentes personnes. Il promet un Internet qui s'appuie beaucoup moins sur les grandes entreprises comme Google ou Facebook et plus sur les réseaux décentralisés. L'idée sous-jacente est la démocratisation d'Internet plutôt que la corporatisation que nous voyons aujourd'hui, où ces conglomérats massifs gèrent plus ou moins le Web.


Le Web 3.0 s'appuierait sur la technologie blockchain, ainsi que sur l'intelligence artificielle, pour briser l'emprise des grandes entreprises technologiques sur Internet et la rendre aux gens ordinaires. Bien que ce soit un peu une utopie, étant donné qu'une grande partie de la technologie nécessaire pour Web3 en est à ses balbutiements, c'est une vision attrayante pour quiconque s'inquiète de la domination d'énormes entreprises comme Méta et de leur désir de contrôler la façon dont les gens vivent Internet.


L'idée est que les données seraient conservées dans un stockage décentralisé, donc réparties sur Internet dans son ensemble plutôt que dans un nombre défini de fermes de serveurs, comme c'est le cas actuellement. La façon dont ces données sont déplacées serait enregistrée dans un registre numérique, la blockchain, rendant le flux de données très transparent, tout en empêchant les abus.


Cette décentralisation serait une aubaine pour de nombreuses personnes, car vous pourriez accéder plus facilement à Internet de n'importe où, ouvrant peut-être le Web au tiers de la population mondiale qui n'a  jamais utilisé Internet . Dans le même temps, la promesse est que l'intelligence artificielle limiterait l'abus du système par les robots et les fermes à clics.


La promesse est que cette combinaison de transparence et d'IA rendrait beaucoup plus difficile pour des entreprises comme Méta ou Google de prendre le contrôle du Web comme elles le font actuellement et donnerait, sur le papier du moins, aux gens un accès beaucoup plus égal au Web.



Sur le plan technique, on parle déjà d'application 3.0 ou de solution 3.0, qui doit répondre à certains critères : 


  • Indépendante : elle doit être également utilisable sur tous les supports (type d'écran, sortie d'imprimante etc.)

  • Universelle : elle ne doit être sous l'emprise d'aucun système d'exploitation (marque, fabricant de logiciel ou de matériel)

  • Accessible à tous en conformité avec les directives du W3C et ouvert à diverses bases de données. 

 

  1. Les inconvénients du Web 3.0


Un inconvénient majeur du Web 3.0, serait la perte de l'anonymat. Dans un système entièrement transparent, vous pourriez toujours être identifié, de la même manière qu'une crypto-monnaie comme Bitcoin n'est pas anonyme. En fait, le secret serait totalement ignoré, ce qui n'est peut-être pas quelque chose que tout le monde souhaite.


Cependant, la plus grande objection au Web 3.0 est que, à bien des égards, il est entièrement théorique. Bien que l'idée d'un Internet décentralisé sans Meta et Google soit géniale, voire merveilleuse, elle repose très fortement sur des technologies qui n'ont pas encore été développées.


Par exemple, la blockchain est géniale, mais elle ralentit également considérablement tout processus dont elle fait partie. De plus, le type d'apprentissage automatique dont vous auriez besoin pour créer des réseaux avancés n'existe pas encore. Pourtant, la vision d'un Internet beaucoup plus libre est suffisamment attrayante pour que, même si le Web 3.0 ne se déroule pas de cette façon, il le sera chez un autre.




Soulignons qu’il a fallu plus de dix ans pour passer du Web d'origine, le Web 1.0 , au Web 2.0 , et la mise en œuvre complète et la refonte du Web avec le Web 3.0 devraient donc prendre autant de temps, sinon plus. De plus, les technologies qui vont constituer et finalement définir le Web 3.0 sont en cours de développement. 


Néanmoins, les appareils électroménagers intelligents utilisant des réseaux sans fil et l'Internet des objets ( IdO ) sont deux exemples de la façon dont le Web 3.0 a déjà un impact sur la technologie.


Source : Shift Headline, JDN, Les Echos, What Is