Le cyber criminalité : qu’est-ce que c’est ?

21 February, 2021 | by: David Kodjani

La cybercriminalité désigne toutes les infractions pénales susceptibles de se commettre sur ou au moyen d’un système informatique généralement connecté à un réseau.

Le cybercrime existe depuis la création d’Internet. Il s’agit donc d’une forme de criminalité et de délinquance qui se distingue des formes traditionnelles en ce qu’elle se situe dans un espace virtuel, le « cyberespace ». Depuis quelques années, la démocratisation de l’accès à l’informatique et la globalisation des réseaux ont été des facteurs de développement du cybercrime. Un cybercriminel, c’est tout simplement une personne ou une organisation qui se sert de ses compétences informatiques et technologiques pour commettre des actes de délinquance via cet espace virtuel, et ce souvent de manière anonyme. Cela peut être pour commettre des fraudes comme pirater des comptes bancaires, pour voler des identités ou encore pour demander des rançons afin de récupérer vos données volées… La liste des délits est longue ! Bien sûr, ces criminels du net ne s’attaquent pas qu’aux particuliers, mais aussi et surtout aux entreprises ou aux institutions sensibles. La menace informatique ne cesse de croître. En effet, la démocratisation d'Internet, grandement facilitée par l’utilisation des réseaux, a pour conséquence de développer, d’année en année, le cybercrime.

La cybercriminalité regroupe trois types d’infractions :

  1. les infractions spécifiques aux technologies de l’information et de la communication : parmi ces infractions, on recense les atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données, les traitements non autorisés de données personnelles (comme la cession illicite des informations personnelles), les infractions aux cartes bancaires, les chiffrements non autorisés ou non déclarés ou encore les interceptions ;
  2. les infractions liées aux technologies de l’information et de la communication : cette catégorie regroupe la pédopornographie, l’incitation au terrorisme et à la haine raciale sur internet, les atteintes aux personnes privées et non aux personnages publics, les atteintes aux biens ;
  3. les infractions facilitées par les technologies de l’information et de la communication, que sont les escroqueries en ligne (cyberarnaques), le blanchiment d'argent, la contrefaçon ou toute autre violation de propriété intellectuelle.

Plus de 53% de la population mondiale est connectée à internet, 79% de ces internautes ont un compte sur un réseau social (3,196 milliards), 144 milliards d’emails sont échangés chaque jour. Chaque minute, 2,46 millions de contenus sont partagés sur Facebook, 347 milles 222 photos sont partagées sur WhatsApp, 277 milles tweets sont envoyés, 216 milles photos sont partagées sur Instagram, 72 heures de vidéo sont téléchargées sur YouTube et 204 millions d'emails sont envoyés. Selon Netcraft, il existe environ 902,997,800 sites internet actifs dans le monde. Avec ces chiffres, la cybercriminalité a de quoi prendre de l'ampleur. Fraudes internationales sur internet, attaques informatiques ou usurpation d’identité sur Facebook… La cybercriminalité revêt de nombreux visages et ne cesse de s’amplifier.

Les criminels sont de plus en plus ingénieux pour utiliser les technologies modernes afin de commettre diverses infractions. Aussi, nombreux sont ceux qui sont spécialisés en piratage de données et de systèmes informatiques visant notamment les entreprises.

Du côté des particuliers, on compte de nombreux forfaits, tels que : le piratage des données et des systèmes informatiques, le vol d’identité, la diffusion d’images d’abus pédosexuels, l’escroquerie lors de vente via des annonces ou aux enchères sur Internet (vente d’objets volés ou marchandise non livrée…) l’accès non autorisé à des services financiers en ligne, la propagation de virus, le déploiement de botnets, les escroqueries diverses et variées via email, tels que l’hameçonnage « phishing », etc.

L'anonymat que représentent les nouvelles technologies étant un atout fort pour les cybercriminels, il est donc difficile de leur mettre la main dessus et il n’est pas toujours aisé pour les autorités compétentes de rassembler les preuves, en raison de la technicité et de la rapidité d’exécution des infractions.

Mais il existe toutefois un certain nombre de mesures de protection permettant de prévenir au mieux ces infractions. Pour protéger ses données, une entreprise doit par exemple utiliser un système de sécurité réseau très sécurisé. Pour les particuliers, un logiciel VPN est un excellent moyen de protéger ses données et de garder l’anonymat sur internet.

Le VPN crypte vos connexions sur Internet et garde privé les sites que vous visitez et les informations que vous laissez sur ces sites. Chaque information que vous enverrez ira directement dans votre tunnel virtuel sécurisé. Avec un VPN sécurisé, vous pouvez facilement diriger votre trafic comme émanant de l’un plus de 100 pays disponibles. Votre ordinateur et votre mobile/tablette seront connectés au réseau internet de l’un de ces pays et personne ne pourra intercepter votre activité en ligne. Changer votre adresse IP simplement, grâce au service Le VPN, est l’un des pas les plus importants pour naviguer sur Internet de manière sûre et anonyme.

À votre niveau, vous pouvez garder une longueur d’avance sur les cybercriminels en ayant des réflexes de prudence et de bon sens comme ne pas cliquer sur les liens dans les e-mails provenant de sources inconnues et ne télécharger rien sur les sites non approuvés, ne pas divulguer vos mots de passe, vos détails de connexion ni vos informations personnelles et faire des sauvegardes régulières de vos fichiers et données.

Copyright © 2021 AfroAware