Côte d’Ivoire : découverte majeure de pétrole et de gaz naturel, que faut-il faire ?

4 November, 2021 | by: David Kodjani

Le groupe énergétique italien Eni a déclaré, le mercredi 1er septembre 2021, avoir fait une importante découverte de pétrole au large de la Côte d'Ivoire. Selon l’entreprise, qui détient déjà quatre autres blocs en eaux profondes (3000 m) dans le pays, ce gisement pourrait contenir jusqu'à 2 milliards de barils. Cela s'ajoute à 57 millions de mètres cubes de gaz naturel.

L’annonce de cette découverte de gisements de pétrole et de gaz fait rêver la plupart des jeunes Ivoiriens. Ces derniers espèrent que l'exploitation va contribuer à améliorer leurs conditions de vie même s' il est encore tôt pour connaître l'étendue des retombées de cette exploitation pour le pays.

Lors d'une audience à la présidence, Claudio Descalzi, le PDG du groupe Italien ENI a évoqué la possibilité d'un transfert de compétences à des sociétés ivoiriennes.

"On a parlé de développer de façon efficace et rapide pour pouvoir porter des retours matériels au pays. En retour, on ne va pas seulement investir en termes de pétrole, de gaz, d'énergie, mais en termes de poste de travail, et développer le contenu local des petites et moyennes entreprises. Donc regarder aussi l'exploitation minière comme une opportunité pour développer le pays, pas seulement en énergie mais dans les compétences", a déclaré le PDG du groupe Italien ENI.

Avec cette découverte, sur le plan économique, la Côte d’Ivoire peut gagner en accroissement de ses réserves prouvées de pétrole et de son patrimoine énergétique.

Le bénéfice financier et économique attendu contribuera à soutenir les grands projets de développement selon Serge-Parfait Dioman, expert en industrie pétrolière et énergie. Pour lui, l’exploitation de ces gisements offrira de nouveaux emplois aux jeunes et des opportunités aux opérateurs du secteur pétrolier et énergétique ivoiriens.

"Des emplois nouveaux inhérents à la spécificité et la rigueur de l’industrie pétrolière verront le jour. Et un autre avantage concerne les retombées géostratégiques car celles-ci permettront de consolider le leadership sous régional de la Côte d’Ivoire et confirmer l’assurance d’une quiétude énergétique pour ses partenaires à qui elle vend déjà des produits pétroliers de qualité. Grâce à ses deux raffineries que sont la SIR (société Ivoirienne de Raffinage) et la SMB (Société Multinationale de Bitume)", a estimé l’expert.

Avis de la rédaction

La rédaction d’AfroAware suggère que le gouvernement ivoirien pense à long terme (10 - 20 ans) en investissant dans son système d’éducation. Cela passe par la formation de main-d'œuvre locales pour l’exploitation du pétrole et du gaz. Avec cet investissement, le pays pourra compter sur ses propres ressources (ingénieurs, experts…) au lieu de dépendre des aides extérieures.

Nous espérons donc que le groupe ENI fera le transfert de compétences dont a fait mention son PDG pour que ce pays de l’Afrique de l’ouest puisse pleinement bénéficier de tout ce que va offrir ces deux ressources naturelles.

Notons qu’à ce jour, le gouvernement ivoirien n'a pas dit comment il entend répartir les ressources que va engendrer l’exploitation de ces gisements.

Il est également important de souligner qu’un délai de 4 ans est le planning moyen pour l’érection et le début d’exploitation d’une plate-forme en mer profonde. Mais ce délai peut être réduit avec les technologies actuelles.

Source : DW, VOA

Copyright © 2021 AfroAware