L'accès inégale à la vaccination contre le Covid-19 : Afrique -Amerique - Europe

7 April, 2021 | by: David Kodjani

L’écart entre le nombre de vaccins administrés dans les pays riches et les pays pauvres "se creuse" et devient "grotesque" : le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, n’a pas masqué sa consternation, lundi 22 mars 2021, pour décrire la situation inégale qui prévaut dans l’accès à la vaccination contre le Covid-19.

L’Afrique, où presque tous les pays dépendent du mécanisme de solidarité Covax pour recevoir leurs premières doses, est la première concernée. Cette initiative, sous l’égide de l’OMS, a pour objectif d’assurer gratuitement la vaccination de 20 % de la population de 92 pays à revenus faibles et intermédiaires d’ici à la fin de l’année. Au 22 mars, 15,2 millions de doses avaient été livrées aux pays du continent sur les 600 millions promises.

Pour renverser cet ordre des choses, l’Afrique du Sud et l’Inde tentent depuis cinq mois d’ouvrir une brèche à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en plaidant pour une levée temporaire des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins et les autres produits médicaux nécessaires à la lutte contre la pandémie. Sans succès. Le texte soumis aux 164 pays membres n’a toujours pas été examiné et, de l’aveu même de ceux qui y sont opposés, tout est fait pour que la discussion continue de "tourner en rond".

La proposition des deux pays émergents a pourtant le soutien d’une centaine d’Etats (parmi lesquels le groupe Afrique à l’OMC), des grandes ONG humanitaires et du directeur général de l’OMS. « Si nous ne levons pas aujourd’hui les droits sur les brevets, alors dans quelle autre circonstance le ferons-nous ? », interpelle l’ancien ministre éthiopien de la santé, quitte à froisser les plus puissants membres de son institution.

Le Royaume-Uni, le Canada, la Suisse, l’Union européenne (UE) et désormais les Etats-Unis – qui ont réintégré l’OMS après le retrait de Donald Trump en juillet 2020 – ne veulent pas entendre parler de cette dérogation à l’Accord sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce (Adpic).

L’affirmation ne convainc pas. Le directeur des programmes de vaccination pour l’Afrique à l’OMS, Richard Mihigo, connaît bien le sujet : « Cela ne marche pas. Aucun pays, a fortiori lorsqu’il est pauvre, ne peut obliger rapidement un laboratoire à lui céder son vaccin. Et vous observerez que dans le cas de la présente pandémie, personne n’a essayé de recourir aux licences obligatoires contre AstraZeneca ou Pfizer pour résoudre ses problèmes d’approvisionnement. »

L’Afrique importe 99 % des vaccins dont il a besoin. La pandémie de Covid-19 rappelle cruellement cette dépendance absolue. Le financement des grandes campagnes de vaccination contre la rougeole, la polio, la diphtérie, etc., est assuré en majeure partie par l’aide internationale, à travers notamment des initiatives comme GAVI, l’Alliance du vaccin.

C’est grâce à cette alliance que certains pays de l’Afrique de l’ouest bénéficient des vaccins AstraZeneca.

Au Sénégal, le gouvernement a acheté 200 000 doses de vaccins du laboratoire chinois Sinopharm. Le Sénégal a reçu les premières doses de cette commande le 17 février. La vaccination a donc commencé pour les personnels soignants et les personnes à risque. Le pays compte 16 millions d'habitants. Selon, les données de Covax, le Sénégal devra recevoir 1,104 million de doses d'AstraZeneca à partir de la fin du premier trimestre et durant le deuxième trimestre.

Le Nigeria, pays le plus peuplé du continent avec 195 millions d'habitants, a acheté fin janvier une centaine de milliers de doses du vaccin Pfizer/BioNTech mais le gouvernement compte aussi sur l'aide internationale. 4 millions de doses d'AstraZeneca ont été livrés le 2 mars avec le dispositif Covax. 13,4 millions en tout devraient être fournies en plusieurs livraisons par Covax pour la fin du premier trimestre et le deuxième trimestre de l'année.

La Mauritanie a commencé vendredi 26 mars sa campagne de vaccination contre le Covid-19 à l'aide du vaccin chinois Sinopharm. Le pays avait réceptionné il y a quelques jours sa première livraison de vaccin, 50.000 doses de Sinopharm données par la Chine. Elle attend plus de 800.000 doses du vaccin AstraZeneca au titre du système international Covax. Le pays compte un peu plus de 4 millions d'habitants.

Le Mali a reçu 396.000 doses de vaccin anti-COVID-19, vendredi 5 mars, à l'aéroport de Bamako, grâce au dispositif Covax. 1,332 million de doses du vaccin d'AstraZeneca devraient être ainsi fournies pour la fin du premier trimestre et le deuxième trimestre de l'année. Le Mali, pays en guerre, compte 19 millions d'habitants.

Le Tchad (15,4 millions d'habitants) compte sur les 1,080 million de doses du vaccin AstraZeneca que le mécanisme Covax pourra lui fournir pour la fin du premier trimestre et le second trimestre.

Le Niger a reçu 400.000 doses de vaccin Sinopharm de la Chine et des consommables afin de lutter contre la propagation du coronavirus. La cargaison de vaccins qui a été réceptionnée à l'aéroport de Niamey comprend également 300.000 tests antigéniques, des masques, des vêtements, des gants et lunettes de protection, des thermomètres infrarouges et des couvre-chaussure, selon le ministère. Le pays recevra normalement 1,5 millions de doses d'AstraZeneca par le mécanisme de Covax pour une population de 22 millions d'habitants.

Le Bénin devrait recevoir à partir de la fin du premier trimestre des doses de vaccins fournies par Covax. Plus de 792 000 doses de vaccin AstraZeneca produites en Inde sont attendues.

Le Togo, 7,8 millions d'habitants, a déjà reçu son premier lot de 156 000 doses et devrait recevoir à la fin du premier trimestre 540 000 autres doses.

La Gambie a reçu 30.000 doses gratuites de vaccins contre le Covid-19 financés par le dispositif Covax. 10 000 doses ont aussi été octroyées par le Sénégal. La Gambie, plus petit pays d'Afrique continentale d'environ deux millions d'habitants, a recensé 4.712 cas de Covid-19, dont 150 mortels, depuis l'apparition de la maladie en mars 2020.

La Sierra Leone a lancé sa campagne de vaccination contre le Covid-19 le 15 mars, qui utilisera les vaccins de la société chinoise Sinopharm et ceux du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca. Le président Julius Maada Bio a reçu une injection d'une des quelque 200.000 doses du vaccin Sinopharm offerts par Pékin.

La Côte d'Ivoire (25 millions d'habitants) a commencé sa vaccination fin février après avoir reçu 504.000 doses du vaccin AstraZeneca/Oxford dans le cadre du mécanisme COVAX. Les vaccins acheminés en Côte d’Ivoire (et au Ghana) ont été les premiers déployés dans le cadre du COVAX. Le gouvernement ivoirien devrait recevoir 1 740 000 doses au total, via le dispositif onusien. Le gouvernement avait aussi passé la commande de 100 000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech mais celle-ci avait pris plusieurs semaines de retard et n'est toujours pas arrivée.

Le Ghana a reçu 600.000 doses du vaccin AstraZeneca/Oxford du fabricant Serum Institute of India à Pune, en Inde, fin février, grâce au dispositif Covax. Le pays a commencé sa campagne de vaccination rapidement après la réception et a réussi à vacciner 420 000 personnes en deux semaines. Le programme Covax a prévu la livraison totale de 2 052 000 doses d'AstraZeneca de 30 millions d'habitants.

capacite de vaccination des pays de l afrique de louest

Copyright © 2021 AfroAware