Zoom sur le climat des affaires du Togo

24 May, 2021 | by: David Kodjani

Au Togo, l’amélioration du climat des affaires reste l’une des priorités des dirigeants du pays depuis bientôt une dizaine d’années. Et pour se faire, toute une batterie de réformes sont engagées afin d’attirer les investisseurs étrangers avec le pays.

Aujourd’hui, ces réformes font du pays de Faure Gnassingbé, l’un des premiers pays réformateur du monde. En effet, le Togo continue sur sa bonne dynamique en matière de réforme pour l’amélioration du climat des affaires. Ceci est sans cesse reconnu à travers le monde grâce aux différents classements rendus publics ces dernières années. Pour preuve, le Togo vient de s’illustrer une fois de plus comme un des meilleurs réformateurs africains dans le rapport 2020 du Baromètre du Conseil des investisseurs français en Afrique (CIAN) publié le jeudi 18 mars 2021.

Ce classement a été rendu public à l’issue du Forum Afrique du CIAN 2021 tenu en visioconférence. Selon le rapport du baromètre de CIAN, sur 31 pays cibles, seuls 16 ont pu réaliser un score supérieur à la moyenne fixée à 2,5 points. Le Togo s’est illustré avec un score de 2,8 points et se classe « parmi le Top 6 des économies africaines ayant offert en 2020 des meilleurs cadres incitatifs à l’investissement privé, en dépit des impacts négatifs de la pandémie à la COVID-19 sur la politique nationale de développement.» indiquent nos confrères de République Togolaise. Dans ce rapport, le Togo se classe au premier rang dans la sous-région ouest africaine, une place qu’il partage avec ses voisins du Bénin et du Ghana, et se positionne au 6è rang continental.

Tout ceci a été rendu possible grâce au travail que fait la Cellule Climat des Affaires (CCA). Cette dernière est coordonnée par Sandra Ablamba Johnson, ministre-conseillère du Président de la République togolaise. En effet, créée depuis janvier 2018, la CCA a initié en 2020 de nouvelles réformes par rapport à l’environnement des affaires dans la perspective d’un meilleur classement.

Selon Eric Galley, économiste à la CCA, le Togo, pour mettre en œuvre son plan de développement (PND 2018-2022) qui vise à transformer structurellement son économie, a besoin d’un financement (4 6 22 milliards FCFA) dont 65%, soit environ 3 000 milliards FCFA, attendus du secteur privé.

L’enjeu majeur consiste à faire du Togo, la destination privilégiée des investissements à l’effet de financer le PND, a réitéré la ministre-conseillère.

Le mode opératoire consistait d’une part à optimiser les réformes sur les indicateurs que le pays devrait encore valider, et d’autre part, à maintenir le cap sur les indicateurs où le pays dispose d’une marge de progression confortable.

Pêle-mêle, la CCA a remis au goût du jour, les nouvelles réformes réalisées au niveau des indicateurs suivants : exécution de contrats, commerce transfrontalier, permis de construire, transfert de propriété, paiement des impôts et taxes, création d’entreprise, raccordement à l’électricité, obtention de prêt.

Rappelons que le baromètre CIAN a évalué les pays sur plusieurs critères de performances notamment les infrastructures, l’administration, l’économie, les finances, le social, les facteurs de production et le développement durable.

Copyright © 2021 AfroAware